Un long jeudi de contraction

Classé dans : Ex Blog yadescailloux | 0
Mais que s’est il passé exactement pendant tout ce temps là ?!!Revenons tout d’abord à la nuit du 25 au 26 janvier avec la première série de contractions – des contractinounettes en fait, mais ça je n’en aurai conscience que bien plus tard – et la perte du bouchon muqueux. Kestzako ce truc ? Vous savez cet amas de sécrétions accumulées pendant toute la grossesse dans l’utérus au niveau du col et qui est perdu quand le dit col commence à s’ouvrir. Et qui donc annonce le début du travail. Enfin !!! Je préviens les futures mamans que c’est encore plus répugnant que annoncé dans les livres. Je vous ferai ici grâce de la description par égard aux âmes sensibles.

C’est donc toute pleine d’espoir que, fébrilement accrochée à ma montre, dans le calme du petit matin, j’égraine les contractions les unes après les autres. Toutes les 10 min, puis toutes les 7, puis toutes les 5 ; pendant 1/2h, puis 1h,… puis 1h 1/4,…. puis 1h 1/2…. puis plus rien ! Frustration intense ! J’avais audacieusement commencé à dérouler le petit film fantasmé de mon accouchement dans ma tête et sa suite logique des événements.
Dans la matinée, direction la maternité pour un contrôle monito+TV. Programme tout aussi mouvementé que la dernière fois ie calme plat total : col à peine modifié soit un tout petit petit petit peu plus ouvert. Re-frustration intense !

Essayant de ne perdre ni espoir ni patience, je décide de profiter des délicieux rayons de soleil de ce doux 26 janvier au Parc de la Tête d’Or. Et ma patience y sera récompensée. Car vers 13h30 les contractions redémarrent enfin. Comment potentialiser cette fois ci le travail ?! Le tour du Parc de la Tête d’Or à pied devrait faire l’affaire. Et me voici cahincaha à l’assaut des allées ensoleillées et désertes du parc et de ses terrrrribles montées. C’est fou comme avec 14kg malheureux de plus et quelques contractions une pente à 2-3% vous semble insurmontable ! Et pour être sûre de mon coup j’attends 3h30 de marche et 2 tours 1/2 de parc avant de m’emballer (le tour fait 4km …). Mais le sort s’acharne encore. Ô rage, ô désespoir ! Ô contraction ennemie ! Car, quand Sébastien me rejoint dans le parc en fin d’après midi, ces vilaines contractions s’espacent, s’espacent, s’espacent pour presque s’arrêter. Re-re-frustration.
Et là, je remercie la technologie mobile qui permet aux futures accouchées désespérées de recevoir messages et appels de soutien pour surmonter la douleur, l’attente et la frustration.

Et la soirée s’étire lentement paresseuse, avec la nouvelle marche progressive des contractions régulières. Les futurs parents hésitent à partir maintenant pour la maternité, revérifient les sacs, se lèvent, hésitent, regardent l’heure, se ré-asseyent, prennent le manteau, s’allongent, comptent les contractions, tournent en rond, s’impatientent, se relèvent…. Il est conseillé pour un 1ier enfant d’attendre des contractions régulières toutes les 5 min pendant au moins 2h avant de se précipiter à la maternité. On devrait plutôt dire au moins 6h !! voire plus. Ces 6h ont largement été dépassées sur toute la journée et je ne suis  malheureusement pas au bout de mes peines.
Il est temps de prendre le dernier repas avant l’accouchement, car une fois en phase de travail ie à 3-4 cm de dilatation il est absolument interdit de manger et boire en cas d’anesthésie générale nécessaire. Petit conseil : ne pas engloutir un repas trop important et trop calorique; les nausées de la douleur pourraient vite vous faire regretter votre choix. L’estomac serait de nouveau vide et vous aurez tout perdu. Dans mon cas un 1/3 de portion de pâtes et 1/2 banane suffiront.

Arrivée à la maternité à 22h. Col dilaté à seulement 2 petits doigts; l’ouverture finale devant être de 10 cm. Oulala. Une après midi + soirée de contraction pour ça ! Je crois que je vais pleurer de désespoir. La sympathique sage femme qui nous a accueillis nous rassure : le travail d’effacement du col nécessaire à la dilatation est totalement effectué, le col a bien commencé à se modifier. Mais bon elle nous précise aussi que ce n’est pas pour tout de suite non plus … et nous conseille de retourner marcher une bonne grosse heure