Un zeste de plongée

Classé dans : Divers, Tourisme | 4

Salut les loulous.

Ce week-end nous avons laissé tombé le boulot et le ménage pour profiter d’un repos bien mérité et pratiquer une activité à laquelle le caillou se prête bien : le snorkeling alias la randonnée PMT (palme masque tuba).

Direction La Foa pour retrouver un couple d’amis, Arthur et Marjorie, et leur petite fille Billie qui a quelques mois de moins que notre crevette. Après un premier après midi piscine, rendez vous est donné pour le samedi matin 9h00 sur la base nautique de Ouano pour embarquer sur le bateau à fond plat de Franck (un peu de pub ne fait pas de mal : franckpochard@yahoo.fr   tel : 77.55.02). Son bateau qui n’a que 35cm de tirant d’eau peu passer partout dans le lagon et on peut, du coup, voir vraiment beaucoup de chose même à bord.

 

Les petites enfilent leur gilet de sauvetage et tout le monde embarque : direction l’épave de l’Ever Prosperity échouée depuis 48 ans. De loin,,, tout le monde pensait que cette montagne de ferraille rouillée était un ilot rocheux mais … perdu !!…
Il s’agit bien de notre épave gisant sur la grand barrière non loin de la passe de Isié. On peut encore voir les treuils et cables du pont supérieur, les ancres et une quantité incroyable de morceaux de ferraille tout autour.

 

Le temps était un peu couvert mais le lagon restait malgré tout splendide et la mer passait du vert émeraude au bleu lagon selon la nature du fond et la profondeur. Le ciel gris a ses avantages sous les tropique car nous n’avons pas eu à supporter des températures trop élevées et n’avons pas eu de coup de soleil … enfin presque. J’ai laissé ma combi néoprène un peu trop longtemps ouverte (ça comprime moins la respiration quand on est sur le bateau) et je me suis chopé une jolie trace rouge en forme de losange dans le haut du dos. Du plus bel effet !

 

Après une première plongée à quelques centaines de mètres de l’épave pour se mettre en jambe nous nous dirigeons vers la passe de Ouano à quelques kilomètres de la côte. Cette passe est un chenal naturel dans la grand barrière de corail qui permet de rentrer dans le lagon. De chaque cotés de cette passe, la houle venue du large se brise sur la barrière de corail en formant d’immenses vagues et, sur certains spots, les rouleaux sont propices au surf. Justement lors de notre sortie, une petite dizaine de bateaux stationnaient dans les parages et autant de surfeurs et surfeuses s’ébattaient dans l’eau. C’est fou de les voir glisser sur ces très belles vagues avec tant de facilité. Cela à l’air tellement simple …

 

C’est donc reparti pour une petite plongée sur cette zone pour y voir des tortues en train de se nourrir sur les herbiers. Enfin quand je dit nous, je parle de ceux qui ne sont pas totalement bigleux et qui voyait quelque chose, car ces dames étaient à environs 10m de profondeur et, personnelement, je ne les voyait pas. Heureusement qu’elle remontent de temps en temps pour respirer ce qui m’a permis, ainsi qu’aux filles, de les voir. Pour un novice comme moi c’est un peu flippant de plonger à coté de ces gros rouleaux formés par la houle, mais Francky veillait au grain et est resté non loin de nous tous au long de nos plongées, anticipant les courant et faisant en sorte que le bateau soit toujours à portée de palmes.

 

Et puis ce fut le moment magique de la journée : une troisième plongé autour de l’ilot N’Digoro. Cet ilot, en plein cœur de la réserve naturelle intégrale de Ouano, est entouré d’une petite barrière de corail peuplée d’une myriade d’espèces : des coraux mous, des coraux bleu somptueux, des demoiselles, des perroquets, des poissons clowns dans leurs anémones, des calmars et j’en passe. Seul bémol, un vent du nord venait de se lever et la mer était un peu plus agitée qu’en début de journée, mais quel régal de plonger à cet endroit splendide. Marjorie et moi nous sommes fait « attaquer » par de tout petit poissons qui défendaient leur territoire. Enfin quand je dit attaquer … ils faisaient quelques centimètres de longueur et j’avais juste l’impression qu’ils me tiraient les poils des jambes. Catherine par contre à légèrement frotté le corail et a du, une fois rentré à l’hôtel, se frotter énergiquement le genou avec du citron pour éliminer les polypes encore en vie et ça n’avait pas du tout agréable. Mais bon il faut savoir que les polypes ne meurent pas lors qu’on s’y frotte et peuvent tout à fait continuer à vivre dans le corps et continuer à pousser. Ceci occasionne des démangeaisons et des douleurs qui, selon les dires, suivent les cycles lunaires et des marrées … sympatoche !!!

Après ces 4 heures bien chargées nous sommes rentrés au port car les petites étaient bien fatiguées (et nous également). Franck, jamais avare en explications et renseignements, leur a montré comment planter à la main les graines des palétuviers et ainsi faire repousser la mangrove pour protéger le littoral des attaques de l’océan et de l’érosion des pluies.

 

Et comme quoi, elles enregistrent bien les choses à cet age la, elles se sont empressées de faire le refaire une fois arrivées sur la plage du camping d’Arthur et Marjorie. Le seul truc qu’elles n’ont pas compris c’est qu’il n’est pas nécessaire d’arroser les palétuviers qui ont déjà les pieds dans l’eau …

 

Au final plein de beaux souvenirs et de photos lorsque je n’était pas dans l’eau et pour tous ceux qui se posent la question, mais mon appareil n’étant pas étanches les images de la plongée resteront dans notre tête … désolé. Mais promis pour ceux qui viendront on pourra en organiser une avec vous 😀

Allez tata

4 Responses

  1. Merci beaucoup pour ces merveilleuses photos et pour notre conversation de ce matin. Notre puce était adorable et papy et mamy la remercient pour les beaux dessins qu’elle nous a fait en direct et que nous allons recevoir sous peu enfin au gré des différentes étapes de la poste. Moments magiques merci la technologie
    Mille bisous et bisous câlins à notre adorable petite fille

  2. Quelques photos vraiment superbes! Bravo Sébastien de t’être jeté à l’eau. Peut-être aurons-nous l’occasion de faire une sortie pareille?
    Mathilde est bien mignonne avec son arrosoir.Bises à tous les trois.

  3. c’est sympa de voir tout ça ! Bonne continuation.
    je ne désespère pas d’être devant un skype au bon moment, le bon jour et la bonne heure !
    Les photos des palétuviers sont bien jolies (les autres aussi, mais elles déjà ont pour elles de vous montrer, alors, on les apprécie en dehors de leurs qualités esthétiques). Bises à tous les trois.

  4. Nous revoyons les photos ce soir, les dernières d’arbres et de reflets sont vraiment superbes.
    Nous avons ouvert Alexandre à ces beautés . Bises

Laisser un commentaire